Milieux ouverts Prairies du Berry © Nicolas Van Ingen
  • basiques, le contraire d'acides
  • coléoptères ravageurs des crucifères (colza, choux).
  • période sévère de basses eaux
  • périodes sévères de basses eaux
  • remblais de terres et de graviers le long d'un cours d'eau, qui permettent de former les méandres (virages)
  • En biologie, ensemble de la matière organique d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique.
  • processus d'innovation et ingénierie qui s'inspire des formes, matières, propriétés, processus et fonctions du vivant
  • sur des sols calcaires
  • Arrêt du remplissage du grain de blé lors de sa phase de maturation à cause de trop grandes chaleurs (canicule). Cela a pour effet de diminuer le poids du grain et donc le rendement.
  • étude scientifique du comportement animal principalement en milieu naturel
  • niveler, lisser
  • période où le niveau d'eau d'un cours d'eau est le plus bas
  • accumulation excessive de nutriments au sein d'un écosystème aquatique.
  • épanchements de liquide organique
  • Phénomène artificiel de morcellement de l'espace (définition de l'Insee)
  • une zone de gagnage est un endroit utilisé par des animaux sauvages pour se nourrir
  • Qui concerne la répartition selon leur diamètre, des particules des roches, sables, et graviers.
  • Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) sur le sol, regroupant les ministères de l’agriculture et de l’environnement, l’OFB, l’INRAE, l’IGN, le BRGM, l’ADEME et l’IRD a pour mission de compiler et traiter les informations sur les sols relative à leur inventaire, leur conservation, leur analyse et leur qualité.
  • mouvement, distribution et qualité de l'eau
  • qui se base sur l'étude du relief du cours d'eau
  • qui mangent la lignine, principal composant du bois avec la cellulose et l'hémicellulose
  • feuilles mortes, aiguilles, branches, fruits, mousses que composent les premiers centimètres sur le sol
  • seuils, radiers de pont, passages busés, barrages, etc. qui sont de nature à altérer la migration des espèces aquatiques, ainsi que la diversité et la qualité des habitats naturels disponibles (définition de l'Insee)
  • relatifs aux marais
  • végétaux communément appelés roseaux, genre de plantes herbacées de la famille des Poaceae
  • Action qui consiste à remettre le cours d’eau dans une configuration plus naturelle, en recréant ses anciens méandres ou en créant un nouveau tracé avec des profils variés
  • Actions qui consistent à remettre le cours d’eau dans une configuration plus naturelle, en recréant ses anciens méandres ou en créant un nouveau tracé avec des profils variés
  • Linéaire d'arbres en bordures de cours d'eau
  • Linéaires d'arbres en bordures de cours d'eau
  • ensemble de particules en suspension dans l'eau, l'atmosphère ou la glace, qui a finit par se déposer sous l'effet de la pesanteur souvent en couches ou strates successives
  • groupes d'espèces
  • méthodes limitant le travail du sol
  • Capacité d'une entreprise à générer de la richesse par son cycle de production

Des milieux contraints et à grand potentiel écologique

Les pelouses sèches sont constituées d'une végétation herbacée dominée par les graminées*, ou buissonnante avec une bonne représentation des bruyères. 

Les milieux cultivés sont soumis à des risques d’appauvrissement des sols du fait de l’agriculture intensive, à des risques d’érosion, de pollutions des sols ou tout simplement de disparition par déprise agricole (= abandon de l'activité de culture ou d'élevage dans un territoire).

Les landes, pelouses et prairies semi-naturelles ou à flore diversifiée sont principalement menacées par l’embroussaillement et la colonisation spontanée par la forêt.

La persistance d’un élevage traditionnel avec fauche et pâturage est donc un élément clef pour maintenir ces milieux ouverts. La valorisation de ces espaces en terres labourées, en plantation de résineux, ou avec l’extension des prairies artificielles aux dépens des prairies semi-naturelles sont autant de menaces.

Une autre cause de disparition des milieux ouverts est l'artificialisation des terres par l’urbanisation.

En définitive, les milieux ouverts sont fortement associés aux activités humaines. Une gestion durable au sein d’un paysage diversifié est la clef de leur préservation. Des pratiques agroécologiques, par exemple, sont une réponse pour assurer la préservation de ces milieux.
 

Un patrimoine agricole régional

Les milieux cultivés désignent les zones de cultures, les vignes et les vergers. 

En Centre-Val de Loire, les grandes cultures occupent de grandes surfaces principalement en Beauce (autour de Chartres et jusqu'au Nord du Loiret), dans le Gâtinais (près de Montargis, à l’Est du Loiret) et en Champagne berrichonne (entre Bourges et Châteauroux). Elles représentent des régions agricoles de productions typiques du Centre-Val de Loire. La Beauce et les Champagnes sont de vastes plaines d’un seul tenant, contrairement aux gâtines qui désignent des espaces un peu plus vallonnés avec quelques éléments arborés. Les bocages constituent un milieu à part. Les grandes régions viticoles sont principalement situées en Touraine et aux abords du Sancerrois. Les vergers quant à eux se trouvent principalement dans le Val de Loire.

Des écosystèmes menacés

En Centre-Val de Loire, les landes sèches se situent surtout dans les régions naturelles boisées. Les grandes surfaces sont rares. Les landes se limitent souvent à une bande étroite sur des bords de routes et des chemins. Elles restent néanmoins répandues sur les sables de Sologne et de la forêt d’Orléans. On peut les trouver aussi dans l’arc forestier du Perche, le bassin de Savigné, la forêt de Chinon, le Richelais, la forêt de Loches, la Brenne, les forêts de Châteauroux et de Choeurs-Bommiers, la Marche.

Les pelouses sèches sur sol calcaire se sont également raréfiées en Centre-Val de Loire depuis le siècle dernier. Mais elles restent encore présentes principalement en Champagne berrichonne, le long de la vallée du Cher, en Touraine et dans le Gâtinais. Les pelouses sèches sur sable sont plutôt localisées sur les bords de cours d’eau, comme le long de la Loire et de la Creuse.
 

Les prairies, contrairement aux pelouses et aux landes, sont localisées sur des sols plus profonds. Elles sont situées principalement au Sud de la région, en Brenne, dans le Boischaut, dans la vallée de Germigny ainsi que dans les régions de bocage.
 

Petite Beauce ©ARB, L. Roger-Perrier
Petite Beauce ©ARB, L. Roger-Perrier
  • 51%

    du territoire en grandes cultures, vignes et vergers (DRAAF, 2020)

Prairie du montet ©Cen Centre-Val de Loire, I. Gravand
Prairie du montet ©Cen Centre-Val de Loire, I. Gravand
  • 10%

    du territoire en prairies ou surfaces toujours en herbes (DRAAF, 2020)

Prairies du Berry © Nicolas Van Ingen

À consulter
Contact
Laetitia ROGER-PERRIER

Animatrice de l'Observatoire

Agence régionale de la biodiversité Centre-Val de Loire (ARB CVL)