• Comprendre
  • Les causes de perte de la biodiversité
Les causes de perte de la biodiversité Pissenlit © L. Roger-Perrier
  • basiques, le contraire d'acides
  • coléoptères ravageurs des crucifères (colza, choux).
  • période sévère de basses eaux
  • périodes sévères de basses eaux
  • remblais de terres et de graviers le long d'un cours d'eau, qui permettent de former les méandres (virages)
  • En biologie, ensemble de la matière organique d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique.
  • processus d'innovation et ingénierie qui s'inspire des formes, matières, propriétés, processus et fonctions du vivant
  • sur des sols calcaires
  • Arrêt du remplissage du grain de blé lors de sa phase de maturation à cause de trop grandes chaleurs (canicule). Cela a pour effet de diminuer le poids du grain et donc le rendement.
  • étude scientifique du comportement animal principalement en milieu naturel
  • niveler, lisser
  • période où le niveau d'eau d'un cours d'eau est le plus bas
  • accumulation excessive de nutriments au sein d'un écosystème aquatique.
  • épanchements de liquide organique
  • Phénomène artificiel de morcellement de l'espace (définition de l'Insee)
  • une zone de gagnage est un endroit utilisé par des animaux sauvages pour se nourrir
  • Qui concerne la répartition selon leur diamètre, des particules des roches, sables, et graviers.
  • Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) sur le sol, regroupant les ministères de l’agriculture et de l’environnement, l’OFB, l’INRAE, l’IGN, le BRGM, l’ADEME et l’IRD a pour mission de compiler et traiter les informations sur les sols relative à leur inventaire, leur conservation, leur analyse et leur qualité.
  • mouvement, distribution et qualité de l'eau
  • qui se base sur l'étude du relief du cours d'eau
  • qui mangent la lignine, principal composant du bois avec la cellulose et l'hémicellulose
  • feuilles mortes, aiguilles, branches, fruits, mousses que composent les premiers centimètres sur le sol
  • seuils, radiers de pont, passages busés, barrages, etc. qui sont de nature à altérer la migration des espèces aquatiques, ainsi que la diversité et la qualité des habitats naturels disponibles (définition de l'Insee)
  • relatifs aux marais
  • végétaux communément appelés roseaux, genre de plantes herbacées de la famille des Poaceae
  • Action qui consiste à remettre le cours d’eau dans une configuration plus naturelle, en recréant ses anciens méandres ou en créant un nouveau tracé avec des profils variés
  • Actions qui consistent à remettre le cours d’eau dans une configuration plus naturelle, en recréant ses anciens méandres ou en créant un nouveau tracé avec des profils variés
  • Linéaire d'arbres en bordures de cours d'eau
  • Linéaires d'arbres en bordures de cours d'eau
  • ensemble de particules en suspension dans l'eau, l'atmosphère ou la glace, qui a finit par se déposer sous l'effet de la pesanteur souvent en couches ou strates successives
  • groupes d'espèces
  • méthodes limitant le travail du sol
  • Capacité d'une entreprise à générer de la richesse par son cycle de production

Si l'apparition et la disparition d'espèces sont des phénomènes naturels, le rythme d'extinction actuel est 100 à 1000 fois supérieur au taux naturel, et largement attribuable aux activités humaines, avec pour conséquence l'appauvrissement du vivant.

La région Centre-Val de Loire n'est pas épargnée et voit sa biodiversité menacée par quatre facteurs principaux :

  • la destruction d’espaces naturels
  • le changement climatique
  • les pollutions
  • les espèces exotiques envahissantes

Cause n°1 : la destruction d'espaces naturels

La région connait une accélération de son urbanisation au détriment des espaces naturels et des zones de cultures. Entre 2009 et 2019 plus de 1500 ha ont été artificialisés chaque année, soit la superficie moyenne d’une commune disparaissant tous les ans. 30% des communes ont artificialisé des espaces naturels, agricoles ou forestiers alors même que leur population diminuait sur cette même période.

Pour en savoir +, retrouvez l'indicateur régional 2019 sur les flux d'artificialisation.

  • 1500

    ha ont été artificialisés chaque année en Centre-Val de Loire entre 2009 et 2019

Cause n°2 : le changement climatique

Climat et biodiversité sont interdépendants depuis des millions d’années.

Aussi le changement climatique en cours se traduit par des incidences concrètes sur les territoires :

  • dérèglement du cycle de l’eau (diminution du débit des cours d’eau…),
  • augmentation des températures de l’air et de l’eau,
  • assèchement des sols,
  • phénomènes extrêmes plus fréquents (jours de canicule, inondations…),

Autant d’incidences directement observables et qui modifient les habitats naturels, perturbent le cycle de vie des espèces… et donc impactent la biodiversité régionale.

Pour en savoir +, consultez notre page dédiée aux Solutions d'adaptation fondées sur la nature.

Cause n°3 : les pollutions

Les pollutions de l’eau, des sols et de l’air impactent la biodiversité régionale. Pesticides, résidus pharmaceutiques, métaux lourds… toutes ces matières issues des activités humaines ont par exemple une incidence directe sur la santé des milieux naturels aquatiques et des espèces qu’ils hébergent, sur la vie des sols…

Cause n°4 : les espèces exotiques envahissantes

Notre territoire est aussi confronté à la prolifération d'espèces exotiques envahissantes, symptôme de l’intensification des échanges mondiaux. En l’absence de prédateurs, ces espèces peuvent se propager notamment par les rivières et entrent ainsi en compétition avec les espèces locales. Pour la faune comme pour la flore, leur développement peut alors devenir incontrôlable et occasionner des effets néfastes sur les espèces locales (prédation, compétition, maladies…), ainsi d’ailleurs que sur la santé humaine voire les activités économiques.

Pour en savoir +, consultez notre page dédiée à l'enjeu des espèces exotiques envahissantes.