Landes et pelouses Prairies, landes et tourbières du Simouet - Souesmes CBNBP - MNHN - Nobilliaux
  • basiques, le contraire d'acides
  • coléoptères ravageurs des crucifères (colza, choux).
  • En biologie, ensemble de la matière organique d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique.
  • sur des sols calcaires
  • Arrêt du remplissage du grain de blé lors de sa phase de maturation à cause de trop grandes chaleurs (canicule). Cela a pour effet de diminuer le poids du grain et donc le rendement.
  • étude scientifique du comportement animal principalement en milieu naturel
  • épanchements de liquide organique
  • Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) sur le sol, regroupant les ministères de l’agriculture et de l’environnement, l’OFB, l’INRAE, l’IGN, le BRGM, l’ADEME et l’IRD a pour mission de compiler et traiter les informations sur les sols relative à leur inventaire, leur conservation, leur analyse et leur qualité.
  • qui mangent la lignine, principal composant du bois avec la cellulose et l'hémicellulose
  • feuilles mortes, aiguilles, branches, fruits, mousses que composent les premiers centimètres sur le sol
  • relatifs aux marais
  • groupes d'espèces
  • méthodes limitant le travail du sol
  • Capacité d'une entreprise à générer de la richesse par son cycle de production

Landes, pelouses sèches : même combat ?

La lande est caractéristique d’une végétation transitoire entre la forêt et la pelouse : bruyères, petits buissons, graminées, mousses, lichens… L’été, on peut la reconnaître facilement avec sa belle couleur violacée. Les landes sont des milieux bien exposés sur des sols pauvres et s’asséchant vite. Les landes sèches étaient traditionnellement valorisées par le pâturage ovin et caprin ou exploitées pour la terre de bruyère ou la récolte des genêts et des bruyères pour la confection de balais. Leur régression est due à l’abandon des activités traditionnelles avec pour conséquence l’embroussaillement, la densification du couvert forestier ou leur enrésinement (plantations de pins).

Les pelouses sèches anciennement pâturées, recouvrant un sol souvent artificiel, généralement exposés versants sud ou ouest. Ces pelouses sont un abri pour espèces habituées à la sécheresse et aux températures extrêmes pour la région.

  • 25%

    des ZNIEFF de type 1 sont des pelouses, soit 9 800 ha (CBNBP, 2016)

  • 8%

    des ZNIEFF de type 1 sont des landes, soit environ 3 200 ha (CBNBP, 2018)


Des chèvres, des moutons, des vaches pour sauver les landes et les pelouses ?

Parce que ce sont des espaces ouverts, les landes et pelouses sont principalement soumises à la destruction des habitats par l’artificialisation, ou encore, par manque d’entretien, à la colonisation par les arbustes puis les arbres.  La disparition progressive des élevages extensifs accélère cette perte. L’enjeux pour ces milieux est donc double : à la fois permettre le retour à des pratiques d’élevage plus durables comme le pâturage, et par là même, permettre la sauvegarde des pelouses et des espèces végétales et animales associées.

Qui pour habiter dans ces milieux contrariés ?

Les landes et pelouses poussent sur un sol pauvre. Pour autant, certaines espèces y élisent domicile et sont dépendantes de leur préservation. Ces habitants aiment le fort ensoleillement et supportent les pics de chaleurs et de sécheresse estivaux. Par ailleurs beaucoup de plantes n’appréciant guère les sols riches y trouvent refuge.

Quelques espèces associées aux landes et pelouses

Survolez les bulles pour découvrir les espèces associées à ce milieu
Lande sèche du Simouet (41) © CBNBP / S. Nobilliaux
Dectique verrucivore
Dectique verrucivore - © Mathieu Trouvé_Cen Centre-Val de Loire

Son nom (Decticus verrucivorus) lui viendrait des priorités de ses sucs digestifs dans le traitement des verrues. On l'appelle aussi Sauterelle à sabre : il suffit de le regarder pour comprendre pourquoi...

Criquet des ajoncs
Criquet des ajoncs - © Emmanuelle Spes_Cen Centre-Val de Loire

Comme son nom l'indique, le Criquet des ajoncs (Chorthippus binotatus) apprécie les pelouses et landes à ajoncs et genêts.

Engoulevent d'Europe
Engoulevent d'Europe - © Daniel Ingremeau_Obs'Indre

L'Engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus) s'observe dans les bois clairsemés, les friches ou les coupes faites dans les boisements. Il est très sensible aux modes de gestion sylvicole.

Lézard des souches
Lézard des souches - © A. Dutertre

Roi du camouflage, le Lézard des souches (Lacerta agilis) est aussi de plus en plus rare en région. Ce lézard trapu à la queue plutôt court affectionne les milieux ouverts plus ou moins humides : landes, clairières, lisières, tourbières…

Bruyère cendrée
Bruyère cendrée - © Rémi Dupré

La Bruyère cendrée (Erica cinerea), caractéristique des landes sèches dans toute la région.

Orchis bouffon
Orchis bouffon - © Rémi Dupré

L’Orchis bouffon (Anacamptis morio), orchidée typique des pelouses.

Anthyllide des montagnes
Anthyllide des montagnes - © Rémi Dupré

L’Anthyllide des montagnes (Anthyllis montana), en danger critique, localisée sur les causses du Berry dans le Cher.

Prairies, landes et tourbières du Simouet - Souesmes CBNBP - MNHN - Nobilliaux

Contact
Laetitia ROGER-PERRIER

Animatrice de l'Observatoire

Agence régionale de la biodiversité Centre-Val de Loire (ARB CVL)