Éclairage et biodiversité à Bourges
  • basiques, le contraire d'acides
  • coléoptères ravageurs des crucifères (colza, choux).
  • désigne un sol cultivé en agriculture
  • désigne les sols cultivés en agriculture
  • période sévère de basses eaux
  • périodes sévères de basses eaux
  • remblais de terres et de graviers le long d'un cours d'eau, qui permettent de former les méandres (virages)
  • En biologie, ensemble de la matière organique d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique.
  • processus d'innovation et ingénierie qui s'inspire des formes, matières, propriétés, processus et fonctions du vivant
  • dont la coquille est formée de deux valves, reliées par une charnière, un ligament corné flexible et un ou deux muscles > par exemple chez les coques, moules, palourdes, pétoncles, huîtres, couteaux, coquilles Saint-Jacques...
  • sur des sols calcaires
  • qualifie un organisme aquicole vivant et se reproduisant en eau douce
  • Arrêt du remplissage du grain de blé lors de sa phase de maturation à cause de trop grandes chaleurs (canicule). Cela a pour effet de diminuer le poids du grain et donc le rendement.
  • étude scientifique du comportement animal principalement en milieu naturel
  • niveler, lisser
  • période où le niveau d'eau d'un cours d'eau est le plus bas
  • accumulation excessive de nutriments au sein d'un écosystème aquatique.
  • épanchements de liquide organique
  • types différents d'écoulement présents dans un cours d'eau (rapides, plats, radiers, mouilles)
  • Phénomène artificiel de morcellement de l'espace (définition de l'Insee)
  • période de reproduction des poissons
  • une zone de gagnage est un endroit utilisé par des animaux sauvages pour se nourrir
  • Qui concerne la répartition selon leur diamètre, des particules des roches, sables, et graviers.
  • Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) sur le sol, regroupant les ministères de l’agriculture et de l’environnement, l’OFB, l’INRAE, l’IGN, le BRGM, l’ADEME et l’IRD a pour mission de compiler et traiter les informations sur les sols relative à leur inventaire, leur conservation, leur analyse et leur qualité.
  • mouvement, distribution et qualité de l'eau
  • qui se base sur l'étude du relief du cours d'eau
  • qui mangent la lignine, principal composant du bois avec la cellulose et l'hémicellulose
  • feuilles mortes, aiguilles, branches, fruits, mousses que composent les premiers centimètres sur le sol
  • variations artificielles du niveau d'eau d'un plan d'eau, d'une voie navigable ou d'une retenue exploitée
  • seuils, radiers de pont, passages busés, barrages, etc. qui sont de nature à altérer la migration des espèces aquatiques, ainsi que la diversité et la qualité des habitats naturels disponibles (définition de l'Insee)
  • relatifs aux marais
  • durée quotidienne de la lumière du jour
  • végétaux communément appelés roseaux, genre de plantes herbacées de la famille des Poaceae
  • Action qui consiste à remettre le cours d’eau dans une configuration plus naturelle, en recréant ses anciens méandres ou en créant un nouveau tracé avec des profils variés
  • Actions qui consistent à remettre le cours d’eau dans une configuration plus naturelle, en recréant ses anciens méandres ou en créant un nouveau tracé avec des profils variés
  • Linéaire d'arbres en bordures de cours d'eau
  • Linéaires d'arbres en bordures de cours d'eau
  • ensemble de particules en suspension dans l'eau, l'atmosphère ou la glace, qui a finit par se déposer sous l'effet de la pesanteur souvent en couches ou strates successives
  • groupes d'espèces
  • méthodes limitant le travail du sol
  • Capacité d'une entreprise à générer de la richesse par son cycle de production

Éteindre, une idée lumineuse !

Les enjeux d'une nuit noire

  • La biodiversité nocturne : 85% du territoire métropolitain est exposé à un niveau élevé de pollution lumineuse*. Cette pollution impacte directement la vie nocturne de nombreuses espèces : insectes, chauve-souris, rapaces, oiseaux migrateurs… Elle dérègle le rythme biologique des espèces animales et végétales, perturbe le déplacement des espèces et fragmente les milieux naturels par répulsion ou attraction.

*Observatoire National de la Biodiversité (ONB), indicateur 2021 pour mesurer la pollution lumineuse.

  • La santé humaine : la qualité de la nuit agit également sur la qualité du sommeil des humains. La lumière perturbe en effet la sécrétion de mélatonine, l'hormone du sommeil nécessaire à l'endormissement. La lumière artificielle aurait également des conséquences sur notre fréquence cardiaque, ou encore notre capacité à réguler le glucose.*

*« Light exposure during sleep impairs cardiometabolic function », Proceedings of the National Academy of Sciences, mars 2022.

  • Les économies d'énergie : il existe plus de 11 millions de points lumineux en France, soit l’équivalent d’un lampadaire pour 6 habitants*. Le coût de l’éclairage public est évalué à 41% des dépenses en électricité des municipalités*. Sur la période 2005 et 2017, le prix du kilowatt-heure est passé de 7,7 à 15 centimes d'euro et le contexte énergétique actuel continue de faire très fortement augmenter le coût de cette compétence dans le budget des communes. Avec des mesures d'extinction en cours de nuit et de remplacement des parcs d'éclairage public trop consommateurs et trop lumineux, des économies sont très rapidement faites.

*chiffres de l'ADEME

Trouée verte à Bourges, "autoroute à chauves-souris" © Bourges Plus
Trouée verte à Bourges, "autoroute à chauves-souris" © Bourges Plus

Le Pôle d'Équilibre Territorial et Rural (PETR) Centre-Cher a élaboré une trame noire sur son territoire en collaboration avec les études du Museum de Bourges sur les populations de chauve-souris.

Dans le même temps, l'agglomération de Bourges s'est saisi de ces travaux pour intégrer la trame noire dans son Plan Local d'Urbanisme et se mobilise pour faire évoluer l'éclairage public sur son territoire.

Par un rôle d'animation et d'appui auprès des acteurs du territoire (communes, commerçants, entreprises, particuliers...), la communauté d'agglomération incite ces derniers à réduire la pollution lumineuse nocturne (éclairage public, éclairage des vitrines, éclairage de Noël...) de façon à favoriser la biodiversité nocturne.

Au programme de la visite

  1. Accueil et présentation de la démarche et des projets sur cette thématique au Museum de Bourges
  2. Visite commentée et échanges le long de l'Auron, de la Trouée verte puis d'un boulevard urbain pour observer concrètement ces aménagements
  3. Retour au Museum et visite facultative de l'exposition sur l'impact de la pollution lumineuse sur les chiroptères
Noctule commune © Ludovic Jouve
Noctule commune © Ludovic Jouve

Infos pratiques

  • La visite est gratuite, les frais de déplacement et autres sont à la charge des visiteurs.
  • Durée : 3h00
  • Au printemps : 9h-12h ou 14h-17h / En hiver : 15h-18h
  • Départ au Museum d'Histoire Naturelle de Bourges
  • Conditions particulières (accès possible PMR > prévenir en amont de la visite)
  • Période de visite : 1 au printemps, 1 en hiver
  • Délai de prévenance : 2 mois
  • Jour de visite : lundi après-midi, mardi, jeudi, vendredi matin

Réservez votre Biodiv'Tour

Nombre de personnes intéressées
Si possible, constituer au minimum un duo élu·e / technicien·ne de votre collectivité
Vos disponibilités
Matin ou après-midi ?
Si les 2 sont possibles, vous pouvez cocher les 2.
Matin ou après-midi ?
Si les 2 sont possibles, vous pouvez cocher les 2.
Matin ou après-midi ?
Si les 2 sont possibles, vous pouvez cocher les 2.
Acceptez-vous que les données à caractère personnel que vous venez de renseigner dans ce formulaire soient communiquées aux participant·e·s afin de covoiturer le jour de la visite ?
Acceptez-vous de recevoir l'Écho biodiversité, lettre d'infos mensuelle de l'ARB sur l'adresse mail indiquée dans ce formulaire ?
Retour à l'accueil
Contact
Marine CÉLESTE

Animatrice du Portail de la biodiversité et du Biodiv'Tour

Agence régionale de la biodiversité Centre-Val de Loire (ARB CVL)