Milieux aquatiques et humides La Loire à Bréhémont - PNR Loire-Anjou-Touraine © N. Van Ingen
  • Démarche d’ajustement au climat actuel ou attendu, ainsi qu’à ses conséquences. Pour les systèmes humains, il s’agit d’atténuer les effets préjudiciables et d’exploiter les effets bénéfiques. Pour les systèmes naturels, l’intervention humaine peut faciliter l’adaptation au climat attendu ainsi qu’à ses conséquences (GIEC).
  • suspension de particules dans un gaz
  • pouvoir réfléchissant d’une surface
  • basiques, le contraire d'acides
  • coléoptères ravageurs des crucifères (colza, choux).
  • cavités profondes et irrégulières
  • désigne un sol cultivé en agriculture
  • désigne les sols cultivés en agriculture
  • période sévère de basses eaux
  • périodes sévères de basses eaux
  • Intervention humaine visant à réduire les sources ou à renforcer les puits de gaz à effet de serre (GIEC).
  • ensemble des espèces d'oiseaux d'une région donnée
  • remblais de terres et de graviers le long d'un cours d'eau, qui permettent de former les méandres (virages)
  • En biologie, ensemble de la matière organique d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique.
  • processus d'innovation et ingénierie qui s'inspire des formes, matières, propriétés, processus et fonctions du vivant
  • dont la coquille est formée de deux valves, reliées par une charnière, un ligament corné flexible et un ou deux muscles > par exemple chez les coques, moules, palourdes, pétoncles, huîtres, couteaux, coquilles Saint-Jacques...
  • sur des sols calcaires
  • phénomène physique à l’origine d’échange de chaleur via un fluide
  • qualifie un organisme aquicole vivant et se reproduisant en eau douce
  • Arrêt du remplissage du grain de blé lors de sa phase de maturation à cause de trop grandes chaleurs (canicule). Cela a pour effet de diminuer le poids du grain et donc le rendement.
  • étude scientifique du comportement animal principalement en milieu naturel
  • niveler, lisser
  • période où le niveau d'eau d'un cours d'eau est le plus bas
  • accumulation excessive de nutriments au sein d'un écosystème aquatique.
  • épanchements de liquide organique
  • types différents d'écoulement présents dans un cours d'eau (rapides, plats, radiers, mouilles)
  • Phénomène artificiel de morcellement de l'espace (définition de l'Insee)
  • période de reproduction des poissons
  • une zone de gagnage est un endroit utilisé par des animaux sauvages pour se nourrir
  • Qui concerne la répartition selon leur diamètre, des particules des roches, sables, et graviers.
  • Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) sur le sol, regroupant les ministères de l’agriculture et de l’environnement, l’OFB, l’INRAE, l’IGN, le BRGM, l’ADEME et l’IRD a pour mission de compiler et traiter les informations sur les sols relative à leur inventaire, leur conservation, leur analyse et leur qualité.
  • qui possède les organes reproducteurs des deux sexes
  • mouvement, distribution et qualité de l'eau
  • qui se base sur l'étude du relief du cours d'eau
  • à propos d'un flux, qui se dirige vers un système avec lequel il va interagir
  • rayonnements électromagnétiques d’une longueur d’onde supérieure à celle de la lumière, ne leur permettant pas d’être visibles.
  • qui mangent la lignine, principal composant du bois avec la cellulose et l'hémicellulose
  • feuilles mortes, aiguilles, branches, fruits, mousses que composent les premiers centimètres sur le sol
  • variations artificielles du niveau d'eau d'un plan d'eau, d'une voie navigable ou d'une retenue exploitée
  • seuils, radiers de pont, passages busés, barrages, etc. qui sont de nature à altérer la migration des espèces aquatiques, ainsi que la diversité et la qualité des habitats naturels disponibles (définition de l'Insee)
  • relatifs aux marais
  • Étude de l'évolution des phénomènes cycliques de la vie des plantes (germination, floraison...) et des animaux (migration, hibernation...) en fonction des variations climatiques.
  • durée quotidienne de la lumière du jour
  • Processus par lequel les plantes fabriquent des sucres et de l'oxygène à partir de la lumière et du CO2
  • végétaux communément appelés roseaux, genre de plantes herbacées de la famille des Poaceae
  • Action qui consiste à remettre le cours d’eau dans une configuration plus naturelle, en recréant ses anciens méandres ou en créant un nouveau tracé avec des profils variés
  • Actions qui consistent à remettre le cours d’eau dans une configuration plus naturelle, en recréant ses anciens méandres ou en créant un nouveau tracé avec des profils variés
  • Linéaire d'arbres en bordures de cours d'eau
  • Linéaires d'arbres en bordures de cours d'eau
  • processus selon lequel des particules de matières se déposent en couches
  • ensemble de particules en suspension dans l'eau, l'atmosphère ou la glace, qui a finit par se déposer sous l'effet de la pesanteur souvent en couches ou strates successives
  • groupes d'espèces
  • méthodes limitant le travail du sol
  • micro-formes en buttes ou en mottes plus ou moins arrondies, de 40 centimètres à plus d'un mètre de haut
  • Capacité d'une entreprise à générer de la richesse par son cycle de production

Des écosystèmes précieux

Les cours d’eau, les lacs, les zones humides constituent de véritables réservoirs de biodiversité et abritent une multitude d’espèces faunistiques et floristiques, dont la plupart sont le socle de la vie sur Terre.

Les milieux aquatiques sont caractérisés par 3 grands paramètres : des habitats (berges, fonds, courants), des populations végétales et animales en interaction avec les milieux, et la qualité physico-chimique de l’eau (température, nutriments…).  

 

Des milieux indispensables à la vie

Si les milieux aquatiques sont indispensables à la santé des écosystèmes et pour notre approvisionnement en eau de qualité, ils nous rendent de nombreux autres précieux services :

  • régulation des crues,
  • autoépuration,
  • résilience face au changement climatique,
  • nourriture,
  • énergie,
  • bien-être et loisirs…

Le bon fonctionnement écologique des milieux aquatiques de notre région est toutefois altéré par de nombreux facteurs liés à l’activité humaine, tels que :

  • l’artificialisation des rivières,    
  • l’assèchement des zones humides,
  • la pollution,
  • des prélèvements trop importants.

 

Le Centre-Val de Loire s’étend sur deux bassins versants : le bassin Loire-Bretagne (80%) et le bassin Seine-Normandie (20%). 

Les milieux aquatiques et humides sont présents sur tout le territoire régional :

  • le plus long fleuve de France qui le traverse d’Est en Ouest : la Loire (1006 km)
  • les grandes vallées alluviales : du Cher, de l’Indre, de la Vienne, de la Creuse, du Loir et de l’Eure
  • deux grandes zones humides, la Brenne et la Sologne, permettent l’escale des oiseaux d'eau migrateurs (Grue cendrée, Sterne naine, Balbuzard pêcheur) faisant route pour l’Europe du Nord ou le continent africain.
  • une multitude de petits milieux : rivières, étangs, mares, ruisseaux forestiers 
  • 10 000

    km cumulés de cours d'eau en Centre-Val de Loire

  • 5

    fois moins cher de restaurer une zone humide que de compenser la perte de ses services rendus

  • 38 %

    des espèces animales et végétales de la planète dépendent directement des zones humides

La Loire à Bréhémont - PNR Loire-Anjou-Touraine © N. Van Ingen

Contact