• Actualités
  • Remettre de la vie dans les rivières | Fédération de pêche d’Indre-et-Loire
Remettre de la vie dans les rivières | Fédération de pêche d’Indre-et-Loire Site de l’Ile du Petit Thouars, bord de Vienne © Fédération de pêche 37
Informations générales
Date de l'actualité
12 fév .21
  • Type d'événement
    Mois des zones humides
  • basiques, le contraire d'acides
  • coléoptères ravageurs des crucifères (colza, choux).
  • En biologie, ensemble de la matière organique d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique.
  • sur des sols calcaires
  • Arrêt du remplissage du grain de blé lors de sa phase de maturation à cause de trop grandes chaleurs (canicule). Cela a pour effet de diminuer le poids du grain et donc le rendement.
  • étude scientifique du comportement animal principalement en milieu naturel
  • épanchements de liquide organique
  • Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) sur le sol, regroupant les ministères de l’agriculture et de l’environnement, l’OFB, l’INRAE, l’IGN, le BRGM, l’ADEME et l’IRD a pour mission de compiler et traiter les informations sur les sols relative à leur inventaire, leur conservation, leur analyse et leur qualité.
  • qui mangent la lignine, principal composant du bois avec la cellulose et l'hémicellulose
  • feuilles mortes, aiguilles, branches, fruits, mousses que composent les premiers centimètres sur le sol
  • relatifs aux marais
  • groupes d'espèces
  • méthodes limitant le travail du sol
  • Capacité d'une entreprise à générer de la richesse par son cycle de production

Tout au long du mois de février, les zones humides sont à l'honneur ! L'occasion de faire découvrir les connaissances et actions en leur faveur.
 

L'ARB vous propose une série d'articles au fil de l’eau "des actions en région" à la rencontre de ce que font les membres de l'Agence. Aujourd'hui, découvrez l'action d'une des fédérations départementales de pêche fédérées par l'Association des fédérations de pêche Centre-Val-de-Loire.

La Fédération d’Indre-et-Loire pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques s’engage depuis plus de vingt ans dans la restauration des annexes hydrauliques dans son département.  

Aménager les cours d’eau pour restaurer la biodiversité

Les principaux cours d’eau d’Indre-et-Loire (Loire, Vienne, Cher, Creuse) ont subi au cours du 20e siècle de profonds changements. En effet, les chenaux (bras de rivières et bras morts) communément appelés annexes hydrauliques, étant de moins en moins inondés, voire toujours asséchés, se sont boisés. Ils ont alors perdu une partie de leur intérêt biologique. Véritable zone tampon, ils stockent l’eau en cas de crue, retardant ainsi les inondations et créent un habitat propice au développement de la biodiversité. En coupant les arbres qui avaient poussé sur ces espaces, les milieux ont été réouverts, permettant aux plantes semi-aquatiques de se redévelopper. Des travaux de recreusement des bras morts (« boires » en langage ligérien) ont permis de reconnecter les cours d’eau avec ces zones humides. Ainsi, elles ont retrouvé leur caractère inondable, notamment au printemps où les précipitations sont importantes, favorisant ainsi les conditions de reproduction de la faune aquatique. Depuis 1997, la Fédération de pêche d’Indre-et-Loire a participé à la restauration d’une soixantaine d’annexes hydrauliques afin d’améliorer la qualité des milieux aquatiques et de préserver la biodiversité.

Les bénéfices pour la biodiversité, les milieux aquatiques et les pêcheurs

Grâce à ces travaux, les poissons peuvent s’y reproduire au printemps ou s’y abriter lors des crues.

En effet, plus de 75% des annexes hydrauliques restaurées ont été jugées fonctionnelles pour la reproduction du brochet (une des espèces repères de ces milieux). Les autres sites le seront plus tard à la faveur d’une reprise de la végétation.

L’amélioration des populations de brochets a été mise en évidence aussi au travers des carnets de captures plus particulièrement sur la Vienne. Ces actions conduisent aussi à améliorer l’offre de pêche pour des espèces sensibles.

23 espèces de poissons ont été inventoriées dans ces milieux dont 5 qui bénéficient d’un statut de protection : le brochet, l’anguille, la loche de rivière, la bouvière, la lamproie marine (larve).

Les annexes hydrauliques sont également des zones de refuges, d’habitats et de repos pour de nombreuses espèces animales et végétales : 21 espèces d’oiseaux identifiés, 5 espèces d’amphibiens dont la grenouille agile omniprésente et le triton ponctué trouvé ponctuellement, des mammifères comme le castor qui colonise très bien ces milieux.

Par ailleurs, ces milieux sont des zones de dépollutions des eaux par filtration des plantes semi-aquatiques. Elles permettent également un étalement des eaux lors des crues et participent à la gestion des risques inondation pour les communes en aval.

Informer et sensibiliser les citoyens

Pour informer les habitants et promeneurs de l’intérêt des aménagements, différents supports ont été mis en place :

La réalisation d’un film disponible sur le site de la Fédération de pêche d'Indre-et-Loire et l’installation de panneaux sur 13 sites accessibles au public sont les deux opérations majeures réalisées en matière de sensibilisation.

Zoom sur

L'association des fédérations de pêche de Centre-Val de Loire

https://www.biodiversite-centrevaldeloire.fr/sites/default/files/styles/large/public/media/image/2019-01/logo-fede-regionale-association-de-peche-CVL.png?itok=SoLGUTod

L'AFPCVL, membre de l'Agence régionale de la biodiversité, regroupe les 6 Fédérations de la région Centre - Val-de-Loire. Elle assure des missions de protection et de valorisation du milieu aquatique, de développement du loisir pêche, de coordination et de formation ainsi que de structuration et d’animation du réseau des fédérations départementales de pêche et de protection du milieu aquatique. Pour en savoir plus, consulter le site de l'Association des fédérations de pêche de Centre-Val de Loire.

Site de l’Ile du Petit Thouars, bord de Vienne © Fédération de pêche 37