• Actualités
  • Comment se portent les poissons de nos rivières ?
Comment se portent les poissons de nos rivières ? Barbeaux dans l'Anglin à Mérigny- Indre ©N. VanIngen
Informations générales
Date de l'actualité
18 nov .22
  • Type d'événement
    L'Observatoire
  • basiques, le contraire d'acides
  • coléoptères ravageurs des crucifères (colza, choux).
  • désigne un sol cultivé en agriculture
  • désigne les sols cultivés en agriculture
  • période sévère de basses eaux
  • périodes sévères de basses eaux
  • remblais de terres et de graviers le long d'un cours d'eau, qui permettent de former les méandres (virages)
  • En biologie, ensemble de la matière organique d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique.
  • processus d'innovation et ingénierie qui s'inspire des formes, matières, propriétés, processus et fonctions du vivant
  • dont la coquille est formée de deux valves, reliées par une charnière, un ligament corné flexible et un ou deux muscles > par exemple chez les coques, moules, palourdes, pétoncles, huîtres, couteaux, coquilles Saint-Jacques...
  • sur des sols calcaires
  • qualifie un organisme aquicole vivant et se reproduisant en eau douce
  • Arrêt du remplissage du grain de blé lors de sa phase de maturation à cause de trop grandes chaleurs (canicule). Cela a pour effet de diminuer le poids du grain et donc le rendement.
  • étude scientifique du comportement animal principalement en milieu naturel
  • niveler, lisser
  • période où le niveau d'eau d'un cours d'eau est le plus bas
  • accumulation excessive de nutriments au sein d'un écosystème aquatique.
  • épanchements de liquide organique
  • types différents d'écoulement présents dans un cours d'eau (rapides, plats, radiers, mouilles)
  • Phénomène artificiel de morcellement de l'espace (définition de l'Insee)
  • période de reproduction des poissons
  • une zone de gagnage est un endroit utilisé par des animaux sauvages pour se nourrir
  • Qui concerne la répartition selon leur diamètre, des particules des roches, sables, et graviers.
  • Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) sur le sol, regroupant les ministères de l’agriculture et de l’environnement, l’OFB, l’INRAE, l’IGN, le BRGM, l’ADEME et l’IRD a pour mission de compiler et traiter les informations sur les sols relative à leur inventaire, leur conservation, leur analyse et leur qualité.
  • mouvement, distribution et qualité de l'eau
  • qui se base sur l'étude du relief du cours d'eau
  • qui mangent la lignine, principal composant du bois avec la cellulose et l'hémicellulose
  • feuilles mortes, aiguilles, branches, fruits, mousses que composent les premiers centimètres sur le sol
  • variations artificielles du niveau d'eau d'un plan d'eau, d'une voie navigable ou d'une retenue exploitée
  • seuils, radiers de pont, passages busés, barrages, etc. qui sont de nature à altérer la migration des espèces aquatiques, ainsi que la diversité et la qualité des habitats naturels disponibles (définition de l'Insee)
  • relatifs aux marais
  • durée quotidienne de la lumière du jour
  • végétaux communément appelés roseaux, genre de plantes herbacées de la famille des Poaceae
  • Action qui consiste à remettre le cours d’eau dans une configuration plus naturelle, en recréant ses anciens méandres ou en créant un nouveau tracé avec des profils variés
  • Actions qui consistent à remettre le cours d’eau dans une configuration plus naturelle, en recréant ses anciens méandres ou en créant un nouveau tracé avec des profils variés
  • Linéaire d'arbres en bordures de cours d'eau
  • Linéaires d'arbres en bordures de cours d'eau
  • ensemble de particules en suspension dans l'eau, l'atmosphère ou la glace, qui a finit par se déposer sous l'effet de la pesanteur souvent en couches ou strates successives
  • groupes d'espèces
  • méthodes limitant le travail du sol
  • Capacité d'une entreprise à générer de la richesse par son cycle de production

Suivre la faune piscicole avec l'Indice Poisson Rivière

Comment se calcule un IPR ?

L'Indice Poisson Rivière (IPR) permet de classer qualitativement l'état des peuplements de poissons dans les rivières. L'IPR mesure l'écart entre une station de mesure en rivière et une station de référence idéale (c'est-à-dire une rivière qui ne subit pas ou très peu d'impacts par les activités humaines).

Pour son calcul, l'IPR contient sept composantes. Ces sept composantes doivent être renseignées pour obtenir la note finale. Ainsi, les préleveur·euse·s doivent renseigner :

  • le nombre total d'espèces
  • le nombre d'espèces qui vivent dans les cours d'eau bien oxygénés (=espèces rhéophiles)
  • le nombre d'espèces dépendant de fonds de rivières pierreux ou graveleux (=espèces lithophiles)
  • la densité d'individus tolérants aux pollutions (chimiques, nitrates, organiques...)
  • la densité d'individus se nourrissant d'insectes (=espèces insectivores)
  • la densité d'individus mangeant végétaux et animaux (=espèces omnivores)
  • la densité totale d'individus

Ces sept composantes sont notées d'après une situation idéale. Par exemple, dans les cours d'eau perturbés, le nombre d'espèces de poissons qui aiment les eaux bien oxygénées diminue. Ainsi plus le nombre de ces espèces est bas et plus la note attribuée sera haute car l'écart avec la situation de référence sera grand.

L'IPR globale de la station mesurée correspond ensuite à la somme des sept notes.

Brochet ©FDAAPPMA - 36
Brochet ©FDAAPPMA - 36
Truite fario ©FDAAPPMA - 36
Truite fario ©FDAAPPMA - 36

Quels poissons sont concernés ?

34 espèces de poissons sont prises en compte dans le calcul de l'IPR. Il s'agit des espèces les plus représentatives des cours d'eau. On retrouve ainsi la Lamproie de Planer, l'Anguille européenne, la Truite fario, l'Ombre commun, le Brochet, la Loche, la Perche soleil, le Goujon, la Carpe...

Zoom sur

Et les espèces des étangs ?

Les lâchers des étangs piscicoles sont pris en compte. Il s'agit d'espèces ne figurant pas dans la liste des espèces indigènes : si elles sont retrouvées dans les mesures, leur présence fait croître le score de l'IPR.

Quels résultats pour nos rivières ?

Source : Observatoire, d'après les données de la DR OFB, évaluation globale d'après les IPR des années 2007 à 2020 - réseau RCS
Source : Observatoire, d'après les données de la DR OFB, évaluation globale d'après les IPR des années 2007 à 2020 - réseau RCS

Le Cher et l'Indre-et-Loire ont les meilleurs résultats globaux (obtenus d'après les notes d'IPR de 2007 à 2020, sur la base de suivi d'un seul réseau de contrôle). 63 % à 75 % de leurs rivières ont des peuplements piscicoles proches de la situation idéale.

Pour améliorer les qualités des rivières, des actions de restauration permettent de recréer des habitats favorables. Ces actions favorisent le retour de certaines espèces piscicoles et permettent aussi à la rivière de retrouver un fonctionnement optimal. Cela présente également un intérêt pour d'autres enjeux comme celui de la gestion des inondations, du stockage d'eau dans les sols et du retour à un cycle de l'eau naturel.

Découvrez l'ensemble des données !

Lisez l'indicateur pour découvrir la carte des stations de mesure en Centre-Val de Loire et les graphiques de notes d'IPR par département, de 2007 à 2020.

D'autres indicateurs portent sur la thématique des milieux aquatiques et humides. Retrouvez les dans "à consulter" et dans les actualités dédiées !

Barbeaux dans l'Anglin à Mérigny- Indre ©N. VanIngen

Contact

Vous aimerez aussi

Tous Acteur Actualité Idée d'action Page Retour d'expérience Événement