[Portrait] Marie Schricke-Doyen, animatrice nature Marie Schricke-Doyen
  • basiques, le contraire d'acides
  • coléoptères ravageurs des crucifères (colza, choux).
  • période sévère de basses eaux
  • périodes sévères de basses eaux
  • remblais de terres et de graviers le long d'un cours d'eau, qui permettent de former les méandres (virages)
  • En biologie, ensemble de la matière organique d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique.
  • processus d'innovation et ingénierie qui s'inspire des formes, matières, propriétés, processus et fonctions du vivant
  • sur des sols calcaires
  • Arrêt du remplissage du grain de blé lors de sa phase de maturation à cause de trop grandes chaleurs (canicule). Cela a pour effet de diminuer le poids du grain et donc le rendement.
  • étude scientifique du comportement animal principalement en milieu naturel
  • niveler, lisser
  • période où le niveau d'eau d'un cours d'eau est le plus bas
  • accumulation excessive de nutriments au sein d'un écosystème aquatique.
  • épanchements de liquide organique
  • Phénomène artificiel de morcellement de l'espace (définition de l'Insee)
  • période de reproduction des poissons
  • une zone de gagnage est un endroit utilisé par des animaux sauvages pour se nourrir
  • Qui concerne la répartition selon leur diamètre, des particules des roches, sables, et graviers.
  • Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) sur le sol, regroupant les ministères de l’agriculture et de l’environnement, l’OFB, l’INRAE, l’IGN, le BRGM, l’ADEME et l’IRD a pour mission de compiler et traiter les informations sur les sols relative à leur inventaire, leur conservation, leur analyse et leur qualité.
  • mouvement, distribution et qualité de l'eau
  • qui se base sur l'étude du relief du cours d'eau
  • qui mangent la lignine, principal composant du bois avec la cellulose et l'hémicellulose
  • feuilles mortes, aiguilles, branches, fruits, mousses que composent les premiers centimètres sur le sol
  • variations artificielles du niveau d'eau d'un plan d'eau, d'une voie navigable ou d'une retenue exploitée
  • seuils, radiers de pont, passages busés, barrages, etc. qui sont de nature à altérer la migration des espèces aquatiques, ainsi que la diversité et la qualité des habitats naturels disponibles (définition de l'Insee)
  • relatifs aux marais
  • durée quotidienne de la lumière du jour
  • végétaux communément appelés roseaux, genre de plantes herbacées de la famille des Poaceae
  • Action qui consiste à remettre le cours d’eau dans une configuration plus naturelle, en recréant ses anciens méandres ou en créant un nouveau tracé avec des profils variés
  • Actions qui consistent à remettre le cours d’eau dans une configuration plus naturelle, en recréant ses anciens méandres ou en créant un nouveau tracé avec des profils variés
  • Linéaire d'arbres en bordures de cours d'eau
  • Linéaires d'arbres en bordures de cours d'eau
  • ensemble de particules en suspension dans l'eau, l'atmosphère ou la glace, qui a finit par se déposer sous l'effet de la pesanteur souvent en couches ou strates successives
  • groupes d'espèces
  • méthodes limitant le travail du sol
  • Capacité d'une entreprise à générer de la richesse par son cycle de production

En quelques mots, comment êtes-vous arrivée à ce métier ? Quel est votre parcours ? Comment avez-vous construit votre goût de transmettre ?

C’est sans aucun doute ce partage et cette transmission qui m’ont conduite vers l’éducation à la nature.

Je suis passionnée de nature depuis mon plus jeune âge. Très tôt, j’ai accompagné mon grand-père à la chasse, ce qui pourrait surprendre, et pourtant, cela a été pour moi une merveilleuse école de la nature, auprès de l’homme de terrain passionné qu’il était, respectueux de toutes les formes de vie dont il savait s’émerveiller et d’une grande connaissance en ornithologie. C’est avec lui que j’ai appris à reconnaître les oiseaux, à les observer dans les marais bretons, dans son jardin (véritable sanctuaire pour les innombrables passereaux), ou encore sur les étangs de Sologne. C’est sans aucun doute ce partage et cette transmission qui m’ont conduite vers l’éducation à la nature.

La passion n’étant pas toujours compatible avec les études, j’ai un parcours un peu atypique et sinueux, mais qui très vite, m’a ramenée vers mes préoccupations premières. C’est ainsi qu’après l’obtention d’un bac littéraire et d’un court passage sur les bancs de la fac d’italien, j’ai pris un virage à 90° : Brevet de Technicienne Agricole en Gestion de la Faune Sauvage et Certificat de Spécialisation en Techniques Cynégétiques à Vendôme, avec un passage révélateur en tant que Guide animatrice nature au Parc ornithologique du Marquenterre (Somme) où j’ai découvert le bonheur de partager et de transmettre ce qui m’anime depuis toujours. C’est donc tout naturellement que j’ai poursuivi ma formation et mon parcours professionnel dans l'animation et l'éducation à l'environnement. La boucle est bouclée ! Voilà 18 ans aujourd’hui que je baigne dans le métier et occupe depuis bientôt 13 ans un poste dédié à l’éducation à la nature au sein de la Fédération Départementale des Chasseurs de Loir-et-Cher. J’y ai trouvé ma place et œuvre toujours avec le même enthousiasme.

Suivez-vous une méthode d’animation particulière ? Des étapes indispensables lors de l’accompagnement d’un groupe ? Que souhaitez-vous transmettre absolument à chaque animation ?

Je m’adapte ! Ce n’est pas en soi une « méthode », mais c’est à mon sens le plus important : s’adapter au public, à ses attentes, au milieu, à la saison, à ce que la nature veut bien nous offrir. J’essaye de saisir chaque opportunité, d’apporter un autre regard, de diversifier les approches, pour que chaque sortie soit unique. Je privilégie les découvertes de terrain qui permettent une immersion au contact direct de la nature, et l’accueil de petits groupes pour favoriser l’échange et la proximité avec le public.

Pour moi, accompagner un groupe, c’est progresser avec lui au fil de la sortie, ouvrir son regard, être à l’écoute, éveiller sa curiosité, susciter l’intérêt… Les étapes s’enchainent souvent d’elles-mêmes, sans réellement suivre le canevas prévu au départ, tout dépend du groupe, des rencontres.

Pour moi, accompagner un groupe, c’est progresser avec lui au fil de la sortie, ouvrir son regard, être à l’écoute, éveiller sa curiosité, susciter l’intérêt…

Observer les oiseaux © FDC41
Observer les oiseaux © FDC41

La transmission commence par le partage, l’échange. Pour transmettre, il faut avant tout créer du lien : le lien au groupe, le lien à la nature. J’aime assez l’idée de transmettre des choses très simples : se sentir bien dans la nature, prendre le temps d’observer, d’écouter, de sentir, de toucher, et pourquoi pas de goûter, s’allonger dans l’herbe fraiche, fermer les yeux, apprendre à marcher sans bruit, s’émerveiller d’une rencontre, d’un paysage…

Selon vos observations, quelles sont les attentes des publics ? Comment est perçu votre message ? Voyez-vous des changements de comportements ?

Je touche des publics très variés dont les attentes sont bien différentes. Tout dépend du contexte dans lequel se déroule l’animation : sortie organisée dans le cadre scolaire, activités extra-scolaires, programmation pour le grand public, accueil de locaux, touristes, groupe d’amis, etc. Pour certains, c’est découvrir une région, un milieu, une espèce, pour d’autres c’est vivre tout simplement un moment de pleine nature, prendre un bon bol d’air, partager, échanger, s’amuser, créer, se retrouver, apprendre, etc.

En termes de retours, j’apprécie les échanges directs, la spontanéité, j’aime voir des sourires, des yeux qui pétillent, de l’enthousiasme. Mais certains écrits avec une photo souvenir, un petit message de sympathie, un dessin sont une reconnaissance et une marque amicale qui me vont droit au cœur. La confiance s’exprime aussi par la demande de conseils. Quant à la fidélisation de certains, elle crée des liens uniques, fort sympathiques.

[...] mais cela reste le fait de ceux qui ont un minimum de connaissances et qui ne vont pas dans la nature comme on va au spectacle ou au zoo…

Pour ce qui est des comportements, je dirais que des explications claires permettent d’adopter une attitude responsable, d’accepter la nature telle qu’elle est, de mieux la comprendre pour savoir saisir l’instant, tout en respectant les lieux et la faune. Ne pas promettre la rencontre animale, car la nature se donne avec parcimonie. Dans notre société de consommation, c’est le message que j’essaye de transmettre et je suis assez bluffée du résultat. Donc oui, je pense que certains comportements évoluent… mais cela reste le fait de ceux qui ont un minimum de connaissances et qui ne vont pas dans la nature comme on va au spectacle ou au zoo… Il y a encore du travail quand on voit ne serait-ce que ce que les gens balancent de la fenêtre de leur voiture, alors qu’aujourd’hui, qui peut ne pas avoir conscience des problématiques environnementales ?

Comment rendre vos publics acteurs ?

Je dirais en les guidant, tout en les laissant chercher, s’exprimer, choisir, expérimenter, s’impliquer. Pouvoir être acteur de ses propres découvertes révèle souvent l’envie d’aller plus loin, de prolonger l’expérience, de la partager. Être acteur peut prendre plusieurs formes. Ce peut être participer concrètement à une action écocitoyenne, comme l’opération de nettoyage « J’aime la Loire propre ». C’est aussi laisser la possibilité au groupe d’exprimer ses envies, ses souhaits pour réaliser un projet qui lui ressemble ou découvrir des choses auxquelles il n’a pas encore eu accès. C’est l’impliquer dans les découvertes, c’est-à-dire ne pas tout dire, ne pas tout montrer, mais plutôt le laisser chercher et s’imprégner de son environnement. C’est créer de l’interactivité. Animer prend alors tout son sens. C’est enfin lui donner la possibilité d’être acteur au-delà du temps d’animation, dans sa vie de tous les jours.

Jouer au détective © FDC41
Jouer au détective © FDC41

Avez-vous une saison favorite ? Des lieux préférés pour y emmener des groupes ?

Transmettre © FDC41
Transmettre © FDC41
Prendre le temps © FDC41
Prendre le temps © FDC41

Chaque saison est propice à la découverte, à l’émerveillement.

J’aime l’hiver, lorsque les paysages sont gelés et qu’il fait un bon froid sec, un froid piquant, mais sain, qui offre souvent une ambiance lumineuse superbe, de bon matin. C’est le temps idéal pour observer les milliers d’oiseaux d’eau en hivernage à l’étang de Malzoné, réserve de chasse et de faune sauvage dans le Loir-et-Cher.

J’aime le printemps où la vie s’éveille à nouveau, ce temps où l’on guette avec impatience le retour du coucou, du loriot, des hirondelles dans nos villages et de tous ces voyageurs à plumes qui annoncent les beaux jours. Saison propice à de nombreuses découvertes, autant qu’à la détente et à la flânerie entre forêt et étangs… prendre le temps.

J’aime l’été, quand il n’est pas trop chaud. C’est le temps des vacances et donc des stages nature organisés à la Maison de la Chasse et de la Nature à Montrieux-en-Sologne. A pied ou à vélo, mais toujours dehors pour découvrir les traces, faire des cabanes, grimper aux arbres, pêcher, observer, etc. Que de bons moments de partage, de souvenirs à construire avec les enfants.

J’aime enfin l’automne, peut-être plus encore que les autres saisons, tant les couleurs et les ambiances sont belles, tant la nature nous invite à utiliser nos sens : écouter le brame, sentir le parfum d’un sous-bois humide, repérer les empreintes dans la boue, partir avec son panier pour une cueillette de champignons, jouer avec les couleurs et créer une œuvre éphémère, participer à une pêche d’étang, etc.

Je crois que chaque saison nous invite à vivre la nature, et, à l’heure où trouver des tomates et des cerises au mois de décembre devient banal, cette notion de cycle remet les choses en place. Sortons en toutes saisons !

Gardez-vous en mémoire un souvenir marquant que vous souhaiteriez partager avec nous ?

Ils sont nombreux ces souvenirs, ils s’entassent, mais certains restent intacts. Parmi eux, je crois que l’aventure humaine est la plus belle, associée à ces instants de partage qui donnent tout son sens à mon métier.

Je m’attarderai juste sur cette matinée, un jour de mai. J’attendais une classe de CM sur le bord d’un étang, en Sologne. Les élèves se déplaçaient à vélo et avaient du retard, ce qui m’avait laissé le temps d’observer ce qui se passait sur l’étang. Pas besoin de regarder bien loin : là, juste devant moi, le long des phragmites, une larve de libellule, fraichement sortie de l’eau, escaladait la longue tige. Je l’ai observée, jusqu’à ce qu’elle s’immobilise pour entamer sa transformation et, lentement, je l’ai vue sortir de sa prison, pour enfin s’épanouir et prendre son envol. C’est ça la magie d’un instant ! D’autres, à leur tour, entamaient ce voyage. Incroyable ! Puis les enfants sont arrivés et, après les avoir accueillis, je leur ai dit qu’ils avaient beaucoup de chance, car aujourd’hui, naissaient les libellules, que c’était un instant magique. Et j’ai souvenir de leur avoir transmis cette capacité à s’émerveiller, à saisir, ce que, ce jour-là, la nature avait décidé de nous offrir. Ils avaient bien compris que ce moment était unique et qu’il fallait en profiter, là maintenant, et ils ont vécu quelque chose d’extraordinaire à mon sens que j’ai eu un immense plaisir à partager avec eux.

[...] je leur ai dit qu’ils avaient beaucoup de chance, car aujourd’hui, naissaient les libellules, que c’était un instant magique.

Partager © FDC41
Partager © FDC41

Marie Schricke-Doyen