• Actualités
  • Pleins phares sur les actions du Cen Centre-Val de Loire
Pleins phares sur les actions du Cen Centre-Val de Loire Prairies de l'Ouanne - Saint-Germain-des-Près (Loiret) © Cen Centre-Val de Loire/A. Jourdas
Informations générales
Date de l'actualité
08 sep .21
  • Type d'événement
    Congrès mondial de la nature - des actions en région
  • basiques, le contraire d'acides
  • coléoptères ravageurs des crucifères (colza, choux).
  • En biologie, ensemble de la matière organique d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique.
  • sur des sols calcaires
  • Arrêt du remplissage du grain de blé lors de sa phase de maturation à cause de trop grandes chaleurs (canicule). Cela a pour effet de diminuer le poids du grain et donc le rendement.
  • étude scientifique du comportement animal principalement en milieu naturel
  • épanchements de liquide organique
  • Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) sur le sol, regroupant les ministères de l’agriculture et de l’environnement, l’OFB, l’INRAE, l’IGN, le BRGM, l’ADEME et l’IRD a pour mission de compiler et traiter les informations sur les sols relative à leur inventaire, leur conservation, leur analyse et leur qualité.
  • qui mangent la lignine, principal composant du bois avec la cellulose et l'hémicellulose
  • feuilles mortes, aiguilles, branches, fruits, mousses que composent les premiers centimètres sur le sol
  • relatifs aux marais
  • groupes d'espèces
  • méthodes limitant le travail du sol
  • Capacité d'une entreprise à générer de la richesse par son cycle de production

L'ARB vous propose une série d'articles pendant le temps du Congrès, à la rencontre de ce que font les membres de l'Agence. Aujourd'hui, découvrez l'action du Conservatoire d'espaces naturels du Centre-Val de Loire.

L’érosion de la biodiversité est un fait indéniable et représente une menace forte pour l’humanité au même titre que le dérèglement climatique. Le dernier rapport de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (l’IPBES) en montre l’ampleur et invite à l’action.

Maintenir les fonctionnalités écologiques et la biodiversité

L’existence et l’augmentation de surfaces soustraites à la pression humaine et dédiées à la préservation des habitats naturels et des espèces animales et végétales sont fondamentales. Ces lieux servent de refuge et permettent aux espèces de renforcer leurs capacités de résilience et d’adaptation au dérèglement climatique.

Le maintien des fonctionnalités des habitats naturels est, par ailleurs, essentiel de par les services qu’ils rendent à l’humain :

  • expansion des crues et épuration des eaux dans les zones humides et espaces connexes aux rivières,
  • stockage de carbone notamment dans les tourbières,
  • libre évolution de zones boisées,
  • amélioration du cadre de vie avec des espaces de respiration et de reconnexion avec la nature,
  • zones de sensibilisation à la nature et plus largement d’éducation à l’environnement…

Les solutions fondées sur la nature s’appuient sur l’existence de ces espaces, sur l’augmentation de leurs surfaces et sur la reproductibilité de leurs fonctionnalités au-delà de ces aires protégées (revégétalisation en zone urbaine, réduction de l’artificialisation des sols, création de zones d’expansion pour les crues…)

Coopérer pour un réseau d'aires protégées

C’est pourquoi le rôle des Conservatoires d’espaces naturels, dont les premiers ont été créés dès le début des années 1970, est notable. En Centre-Val de Loire, le Conservatoire d’espaces naturels (Cen Centre-Val de Loire), membre de l’Agence régionale de la biodiversité, et celui du Loir-et-Cher, se sont attelés à cette tache depuis 30 ans. Avec un réseau d’aires protégées (sites maîtrisés par les Conservatoires, Réserves naturelles nationales et régionales, Espaces naturels sensibles…) de près de 200 sites et 4 500 hectares, ils veillent à préserver de véritables noyaux de biodiversité. Leur rôle de propriétaires et gestionnaires de ces terrains leur permet une intervention durable et les place comme de véritables acteurs des territoires, à l’interface des acteurs locaux et des acteurs départementaux, régionaux voire nationaux œuvrant pour l’environnement.

carte du réseau des Cen

Sur ce réseau de sites, les Conservatoires d’espaces naturels déclinent des actions de :

  • connaissance (diagnostic de l’état des espaces naturels, des espèces présentes et des enjeux associés),
  • protection (augmentation des surfaces, mise en place de réglementation plus stricte là où cela est nécessaire…),
  • gestion (mise en place d’actions de gestion – pâturage, fauche, creusement de mares, restauration de zones humides, libre évolution… pour maintenir voire restaurer l’état des espaces)
  • valorisation (aménager des sentiers de découverte et proposer des actions de découverte et de sensibilisation de ces espaces, auprès du grand-public, des professionnels et des scolaires…).

Les Conservatoires d’espaces naturels accompagnent également l’État, les Agences de l’eau et les collectivités dans leur politique biodiversité comme la politique européenne Natura 2000, le XIe programme des agences, ou encore la mise en place et la gestion des réserves naturelles et espaces naturels sensibles.  

Toutes les données naturalistes recueillies dans le cadre de l’action Conservatoire remontent à l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN) et alimentent la connaissance à l’échelle nationale. Les actions sont également consolidées à l’échelle du réseau des 23 Conservatoires d’espaces naturels, première ONG gestionnaire d’espaces naturels en France.

Avec une action assez technique, les Conservatoires d’espaces naturels sont bel et bien des associations avec un réseau d’adhérents et de bénévoles très actif qui relaient les actions sur le terrain. L’assise citoyenne et la sensibilisation du plus grand nombre pour un meilleur respect de la nature et, au-delà, de l’autre constituent en ce sens un enjeu fort !

 

Prairies de l'Ouanne - Saint-Germain-des-Près (Loiret) © Cen Centre-Val de Loire/A. Jourdas